08 juillet 2008

The Blacks Angels en photos à la Maroquinerie




Difficile d'être passé à côté de l'énorme buzz généré autour du premier album des Blacks Angels : Passover. Critique et public se sont retrouvés autour de ce disque dont beaucoup parle en évoquant le terme de "classique".
Elevés au sons des Velvet Underground et des Doors, formés à Austin au Texas, The Blacks Angels s'expriment avec un rock teinté de sonorités psychédéliques, blues et rock passé par le filtre d'un son puissant, noisy, profond et envoûté.
Sans avoir écouté leur récent Directions to See a Ghost, j'ai assisté à leur récent concert parisien dans la salle de La Maroquinerie. Allons y franchement : j'ai plutôt été déçu. Je n'ai pas retrouvé leur son si marqué, pas ressenti les vibrations qui habitent généralement leur musique. Le chanteur m'a apparut bien monolithique, et un ennui certain s'est vite installé tant la prestation me paraissait suivre un parcours balisé, la récitation n'était pas loin. Bien interprété, musiciens carrés, bonnes compositions, son correct peuvent suffire pour trouver ce concert très bon. J'aurai préférer que les musiciens nous délivrent des tonnes de pains de quoi à avoir à fournir tous les Paul de France, mais qu'ils soient plus impliqués et moins sclérosés.

Aucun commentaire: