03 octobre 2008

One Second Riot, We Insist ! et 31 Knots en photos aux Main d'Oeuvre

Belle soirée que cette affiche dans cette sympathique salle de Saint Ouen en banlieue parisienne : les Mains d'Oeuvres.
Le concert est ouvert par les lyonnais de One Second Riot que j'avais vu l'an dernier en première partie d'Unsane. Le duo (basse batterie) noise rock n'a pu se produire dans des conditions idéales : durée impartie très courte, public encore en train de rentrer dans la salle. N'empêche : leurs compos sont habilles et efficaces, leur sincérité dans le jeu est évidente et leur prestation, quoique figée dans une certaine réserve, donne envie d'en voir plus dans d'autres conditions. A suivre assurément.

We Insist ! prend la relève. Première fois que je les voyais et j'ai beaucoup apprécier cette addition de couleurs. Surtout qu'elle ne donnait pas naissance à un horrible travail de collage comme c'est souvent le cas pour les groupes empruntant à des genres différents. La façon dont les musiciens groove autour d'un rythme et l'énergie qui y est accolée, m'ont beaucoup plus. Il y a une vrai cohérence à l'ensemble malgré la diversité du spectre de sons et d'ambiance abordés. On sent que les musiciens ont une lecture mature de leur musique et de ce qui veulent y mettre. A revoir en tête d'affiche.

Puis les 31 Knots prennent place. J'ai réfléchis à la manière de vous en parler mais l'exercice me semble difficile. On ne peut catégoriser les concerts de 31 Knots en parlant de bon ou mauvais concerts, de bonnes ou mauvaises compos, etc. Le fait est que l'on ressent face à leurs concerts comme une évidence. Une évidence de jeu, de propos. Que la musique peut parfois s'échapper à bon nombres de règles et de paramètres, si tant on est bien armé d'une élocution et d'une réflexion qui rend notre discours limpide et fort. Jusqu'à le rendre essentiel et sans discussion aucune. On l'écoute, puis le prend très vite, et on lui abandonne tous nos sens pour mieux le ressentir.
Unique ces 31 Knots et un privilège de pouvoir les savourer dans des petites salles.
Je me permets donc un conseil : à vous d'en faire autant et vite.

Aucun commentaire: